Le POD. - Le guide du mei Le POD. - Le guide du mei







Un p’tit pouce bleu ? Merci !


Mardi 5 Avril 2022


Au hasard de mes lectures, j’ai trouvé quelques phrases très drôles en lien avec Facebook. Celle-ci : "Facebook ne rend pas les gens bêtes, il contribue à ce que ça se remarque davantage". Celle-là : "Avoir des milliers d'amis sur Facebook, c'est comme être riche au Monopoly". Une dernière pour la route : "Quand tu parles à un mur, t'es sur Facebook". Voilà, pour la mise en bouche. Maintenant, la mise en jambes…




Il y a trois façons d’utiliser Facebook. D’abord, en vous plaçant dans la peau de l’observateur dont le rôle est de seulement consulter. Ce rôle s’arrête là où il commence. Ensuite, dans le rôle de l'utilisateur celui qui va aimer, commenter ou partager un contenu. Enfin, il y a le créateur qui va créer du contenu et le proposer en ligne.
Ces trois profils sont d’ailleurs résumés dans une règle qui a fait florès depuis l’essor des réseaux communautaires. C’est la règle dite des "90-9-1" : 90% des internautes consultent et parcourent éventuellement les interactions, 9% lisent, parcourent les interactions et y participent occasionnellement en laissant un commentaire ou en partageant un contenu qu’ils n’ont pas créé eux-mêmes. Le 1% restant crée un contenu spécifique et le partage sur une plateforme communautaire dans le but de le faire connaître, donc dans le but de générer de la notoriété, de l’audience, des ventes et des profits.
 
Sur Facebook, le monde se divise en 3 catégories
Que faut-il en déduire ? Que sur Facebook donc, le monde se divise en 3 catégories : ceux qui consultent (ils sont passifs et très nombreux), ceux qui partagent (ils sont actifs mais pas forcément nombreux) et ceux qui créent (ils sont productifs mais très peu nombreux). C’est intéressant de mettre en lumière ces 3 catégories parce que cela vous permettra d’activer certains leviers lorsque vous devrez vous positionner sur un réseau social.
Autant TikTok et Instagram attirent une cible jeune, autant les utilisateurs de Facebook sont plus âgés. Autant, on estime que la moitié des utilisateurs sur Twitter n’ont jamais envoyé un tweet, autant on partage beaucoup sur Facebook. Le réseau social est probablement le plus connu de la planète et a développé des outils intéressants comme le Market Place.
 
La machine produit un cercle vertueux qui entretient la machine
Selon moi, Facebook est un réseau qui perd en popularité. Même si celui-ci est toujours un formidable moyen pour générer du trafic, ce qui a fait son succès (c’est-à-dire le partage d’informations et l’aspect communautaire) provoque aujourd’hui sa déroute. C’est une problématique commune à tous les réseaux sociaux : la machine produit un algorithme qui favorise la forme et pas le fond. Le monde des idées et de la nuance a été englouti par la petite phrase, le buzz, le clash… Les utilisateurs ont pigé le principe de ce cercle vertueux. Conséquence, il faut désormais proposer une information hors-norme pour que l’algorithme la prenne en comptant laissant toutes les autres dans un relatif isolement. Le 1% qui crée doit donc fournir des efforts colossaux pour maintenir la tête hors de l’eau et maintenir son trafic et ses interactions. Alors, on peut aisément imaginer que demain, il n’y aura pas un mais plusieurs algorithmes de recommandations. Chaque utilisateur pourra choisir celui qui lui correspond le mieux en fonction de ses envies culturelles, de ses opinions politiques, de ses besoins organiques… Bienvenue dans le pays des biais cognitifs.
 
 
5 conseils pour utiliser Facebook (lira aussi ICI)
 
#1 Postez utile
Soyez exigeant avec vos followers et avec vous-même. Ne soyez jamais ennuyeux. Votre page est votre image : respectez un éditorial et n’en sortez pas. Tenez la ligne et ne vous éparpillez pas en donnant par exemple votre avis sur des sujets clivants. Soyez positif et professionnel (l’un va rarement sans l’autre…).
 
#2 Mettez à jour
Il est inutile de mettre à jour à longueur de journée. Un Post quotidien utile vaut mieux que 10 publications inutiles chaque jour. Pensez aussi à changer régulièrement vos bannières et à proposer de nombreux visuels réactualisés. À classer correctement vos photos et à taguer vos vidéos...
 
#3 Variez les publications
Un lien qui pointe vers l’article d’un site web, c’est bien. Une photo, une vidéo, une phrase engageante ou inspirante, un extrait sonore, c’est beaucoup mieux. Donc, variez les formats. Humaniser le tout : il faut de l’humain derrière chaque publication et que le follower sache ce que vous êtes et ce que vous représentez…
 
#4 Répondez aux utilisateurs
C’est intéressant car cela permet de créer une communauté et de la développer. Récompensez-les le plus souvent possible avec des bonus ou en organisant des jeux-concours. Essayez-vous au live avec votre communauté : créer des apéros virtuels, des sessions de questions-réponses…
 
#5 Affinez les passerelles

Vérifiez que vos contenus sont facilement et correctement partageables sur Facebook car le nombre de "J’aime" et le nombre de "Partages" sous un Post sont les moyens les plus loyaux pour promouvoir votre travail. Donc, il faut que la plateforme qui héberge vos podcasts et votre site qui offre du contenu soient techniquement irréprochables…

Ce texte est issu des "Billets de Brulhatour"  que vous pouvez retrouver en direct tous les Mercredis à 13h00 sur Clubhouse en cliquant ICI .

Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 28 Octobre 2022 - 09:37 Entre anonymat et pseudonymat

Jeudi 20 Octobre 2022 - 08:13 Monétisation, mon amour

La sélection TeamPOD | Planète POD / Actu de Marques | POD.Casting / News, infos pour se lancer | Matériel / POD.Matos | Coups de coeur du POD / Sélection de podcasts | Podcastzap / Selections | Podcasts francophones / Balado et tour du monde | Replays / Pod'Demande