Le POD. - Le guide du mei Le POD. - Le guide du mei





Réussir son podcast d’entretien


Lundi 3 Mai 2021


D’abord, l’ADN
L’entretien, c’est (presque) l’interview. J’y reviens dans deux secondes. Et l’interview c’est toujours, systématiquement et obligatoirement un coup en 3 bandes comme au billard. S’il n’y avait qu’une seule chose à retenir pour réussir son podcast d’entretien, donc son interview, c’est cette analogie au billard : un coup en 3 bandes : celui qui pose les questions, celui qui donne les réponses et, la 3 bande que l’on oublie trop souvent, celui qui écoute les questions et les réponses : l’auditeur.




Mettre en dehors de l’interview celui qui l’écoute, c ‘est-à-dire l’auditeur, c’est passer à côté de son interview.
Dans tous les cas, toujours. C’est une règle qui est aussi ancienne que l’interview elle-même et qui ne peut être dissociée de l’ADN de l’interview. Donc, dans un entretien il y a toujours : 3 personnes minimum.

Ensuite, la technicité
Il y probablement mille et une façons de s’entretenir avec un invité. Je mets de côté le style, le ton, le format et  le matériel dont j’espère on parlera quand même… Plus vous serez sur un sujet de niche (et je sais de quoi je parle) plus votre audience sera qualifiée donc, plus elle maîtrisera le sujet abordé. Donc, à la moindre erreur, c’est le drame. Un drame puissance 10. Un bon entretien c’est d’abord bien connaître son sujet. Dans le cas contraire, vous êtes aussitôt décrédibilisé si vous êtes sur un marché de niche. Et c’est Philippe qui va me dire le contraire.

Les questions doivent toujours amener une valeur ajoutée pour celui qui y répond comme pour celui écoute la réponse. Il faut aller chercher au-delà de ce qui a été fait.

Enfin, la profondeur.
Faites bien la différence entre l’interview et l’entretien. Car il y a une différence. Dans la forme possiblement, dans la durée assurément. L’interview, c’est le Tricatel du journalisme, c’est du click and collect. Vite, pas forcément efficace. L’entretien, c’est le Bocuse du journalisme. C’est presque les mêmes ingrédients mais c’est pas du tout la même recette, pas le même tour de main, et c’est surtout pas le même prix de production.

Les interviewers qui ont une forte personnalité ont tout intérêt à marquer leur territoire. Ne pas se freiner. Ne pas se retenir. Ceux qui sont une nature à être plus à l’écoute naturellement ne doivent s’éloigner de cette attitude.
Enfin, l’audience d’un podcast dépend principalement de la qualité d’enregistrement (du confort d’écoute). C’est comme l’engagement d’un lecteur qui dépend de la qualité rédactionnelle de l’auteur.


Ce texte est issu des "Billets" de Brulhatour que vous pouvez retrouver en direct tous les Lundis, Mercredis et Vendredis à 13h00 sur Clubhouse en cliquant ICI.

Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Mai 2021 - 15:00 Quelle rythmicité pour un podcast ?

Lundi 10 Mai 2021 - 08:00 La naissance d’un podcast

Boîte anti-Pandore | La sélection TeamPOD | Planète POD / Actu de Marques | POD.Casting / News, infos pour se lancer | Sélection de podcasts / Coups de coeur | Podcastzap / Selections | Balado / Pod. Québec