Menu

Fréquence Moderne


Mercredi 28 Août 2019


Avant-dernier bilan de saison et nous retrouvons Fréquence Moderne, le label d'un des podcasts les plus connus de France : 2 heures de perdues. Avec plusieurs lives, en théatre ou sur Internet, la progression constante du podcast ciné le plus écouté, il y avait plusieurs point à aborder avec Greg, le co-fondateur du label.




Fréquence Moderne

 

Pouvez vous présenter votre label succinctement ?

Fréquence Moderne, c'est une association qui regroupe 3 podcasts vivants et 5 podcasts en tout. Elle a été créée suite à 2 heures de perdues, quand l'envie de faire d'autre chose a commencé à naitre chez Antoine et chez moi. On ne pensait pas à faire du business mais à faciliter l'identification des podcasts produits : Sauve qui peut, Culture 2000, Relire Tintin, EPO. L'autre particularité des podcasts de Fréquence Moderne, c'est le processus de production. On enregistre avec le moins de pertes de temps possibles. Deux coupes maximum.

Êtes-vous satisfaits de votre saison 2018-2019 ?

Pas de raison de ne pas l'être. On a atteint nos objectifs d'écoutes et tous nos podcasts sont en progression. Il y a une évolution logique de chaque podcast, les plannings ont été tenus et notamment celui de 2 heures de perdues qui est hebdomadaire. Et cela est réalisé sans rémunération des participants, le tipeee sert pour l'achat de matériel et l'hébergement des podcasts.

Satisfait aussi des lives, 7 évènements en public (Saint Georges, Bataclan, Lille, Forum des halles...), qui consomment du temps d'organisation. Au final, c'est pas mal d'évènements sans s'en rendre compte. Et c'est toujours une inconnu quand on loue une salle, comme le Bataclan avec 2 heures de perdues, ou Culture 2000 au Saint Georges, de savoir si on va rentrer dans nos frais. Pour l'instant, c'est le cas.

Enfin, on a réalisé 10 émissions à la télé sur la Paramount, on est employé par la chaine, rien à voir avec l'asso, et c'est proche de ce qu'on fait avec 2 heures de perdues.

Quel a été le fait le plus marquant pour vous ?

La drogue, c'est grâce à cela qu'on tient. Non je déconne. Aller au Bataclan avec une association et sans presse derrière, c'est impressionant. Sortir 8 heures de programmes par mois aussi.

Qu’est ce que vous ne referez pas en 2019-2020 ? 

A priori, je ne vois aucun regret sur la saison. On nous a approché pour de la monétisation mais les offres étaient en décalage avec nos podcasts.

On en a pas besoin avec Fréquence Moderne, pour le moment, car on ne rémunère pas nos animateurs. On remercie d'ailleurs nos tipeurs qui nous permettent d'avoir une trésorerie suffisante pour faire nos lives et remplacer notre matériel.

 
 
 

Qu’attendez-vous du milieu du podcast pour les prochains mois ?

J'attends pas grand chose, je voudrai faire comme cette année : proposer des podcasts en gratuit. Si on doit gagner de l'argent, on le fera autrement mais le podcast doit rester gratuit. Je ne veux pas faire payer pour le contenu. C'est plus simple quand la Paramount nous approche pour faire une autre émission. Et c'est une aventure qui va continuer avec eux

Une recommandation ? 

Les premiers qui me viennent sont Usbek&Rica, Thinkerview, que je suis depuis un bon moment. Mais après 2 ans d'écoutes de ces podcasts, je voulais trouver quelque chose de plus marrant, alors je suis passé à :
- Sound exploders en anglais
- RadioK7, SMT, Beatmakers, Eurodance Story ; des podcasts de la musique.

Une dernière remarque ?

Pas de dernière remarque. On refait le Bataclan pour la rentrée de 2 heures de perdues. Et EPO est notre podcast qui continue cet été.

 
 

Vendredi, retrouvez un dernier bilan dans la newsletter.

 
Julien Loisy
Julien Loisy Fondateur @podcutu // Président @podcasteofr / En savoir plus sur cet auteur