Le POD. - Le guide du mei Le POD. - Le guide du mei








Comment bien se préparer à lancer son podcast ?


Jeudi 23 Septembre 2021


Une nouvelle fois, je vais m'appuyer sur cette phrase de Michel Déon : "La lecture n'est pas un acte facile. Elle exige un engagement, de la solitude, de l'attention, de la curiosité, une disposition d'esprit". Pour le podcast, c'est la même chose...




Comment bien se préparer à lancer son podcast ?
Primo, j’aurais tendance à croire qu’avoir des projets, est une bonne chose. C’est une façon de se motiver et de sortir de la routine. Il y a deux moments dans l’année où l’on peut élaborer des projets et surtout les enclencher : en septembre pour la nouvelle saison et en janvier pour la nouvelle année. Ce sont les deux moments de l’année qui sont les plus emblématiques pour prendre ce que l’on appelle des bonnes résolutions. Et, parmi, ces bonnes résolutions, il y a celle qui consiste à lancer son et ses podcasts.

Secondo, je vous dirais que se décider à lancer un podcast, ce n’est pas une résolution insurmontable. Il y a des paris bien plus difficiles à tenir. D’abord, vous avez le choix entre deux possibilités. La première, c’est la série classique : un podcast quotidien, hebdomadaire, bimensuel, mensuel, bimestriel, trimestriel, semestriel… À vous d’en définir le rythme, et même si celui-ci est à ranger dans la catégorie des "irrégulomadaires". C’est, il me semble, et très largement, une parution régulière qui est la plus envisagée par les podcasteurs. La seconde, c’est le podcast dont le sujet, la forme, le ton et la régularité changent à chaque fois. Là, c’est beaucoup plus rare. En septembre, vous pouvez produire un podcast sur la bande dessinée. Ce sera le seul. Et puis, le mois suivant, vous pouvez enchainer avec une interview sur un sujet aux antipodes de la BD. Dans ce second cas, c’est vous qui incarnez totalement le podcast. Et puis, tant mieux, parce que le podcast, c'est la liberté. `

Tertio, comme tout lancement, il est nécessaire de connaître un peu le marché. C’est même le minimum syndical. Pour lancer un podcast, il y a modus operandi à respecter. On ne va pas le répéter ici mais il faut penser à sa chronicité, à son appellation, aux visuels qui l’accompagnent, aux plateformes qui l’hébergeront, parfois à un site dédié… Ce n’est pas très compliqué. Mais, cela demande du temps. Le volume de temps consacré à cette aventure est très important. Croyez-en mon expérience, le monde du podcast est un monde qui privilégie davantage les coureurs de fond que les sprinters… Pour le reste, si vous voulez vous démarquer sur ce marché, ne faites pas comme à la radio. Les podcasts natifs qui fonctionnent sont ceux qui justement se démarquent des productions radiophoniques. L’auditeur de podcasts est très exigeant. Beaucoup plus que ne l’est un auditeur d’une radio. Si celui-ci fait le choix de vous écouter, c’est généralement pour ne pas entendre ce qu’il entend déjà à la radio.

Quatro, très sincèrement, il faut savoir de quoi on parle. Si par exemple, vous parlez de bande dessinée c’est que vous connaissez bien ce marché. Vous en êtes probablement même un acteur ben positionné ce qui vous confère une sorte de légitimité, ou mieux, une vraie crédibilité qui porte votre message auprès d’une communauté.

Ne vous souciez pas de la problématique technique. Elle ne doit surtout pas être un frein. Tout se qu’on vous demande, c’est que l’auditeur bénéficie d’un confort d’écoute. Autrement dit que le son soit de bonne qualité. Tout le reste vient après. Ce qui est important c’est plus le contenu que le contenant. Si vous êtes intéressant, vous serez écouté. Pour être écouté, pour être regardé ou pour être lu, il y a une règle immuable que l’on a trop tendance à oublier : ne jamais être ennuyeux. Si vous l’êtes, vous ne serez pas engagé et donc pas engageant. On le dit souvent ici : faites peu mais faites-le bien. Les auditeurs y sont toujours sensibles.

Pour terminer, l’aventure dans le monde du podcast est toujours un parcours au long cours. L’important n’est pas forcément d’être motivé en septembre mais de le rester en octobre, en novembre, en décembre et jusqu’à la fin de la saison. Le fait de tenir dans la durée, c’est aussi, sans le savoir, un gage de crédibilité que vous envoyez à des auditeurs potentiels.

Ce texte est issu des "Billets" de Brulhatour que vous pouvez retrouver en direct tous les Lundis, Mercredis à 13h00 sur Clubhouse en cliquant ICI.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Octobre 2021 - 18:08 Podcast : que reste-t-il à faire ?

Mercredi 6 Octobre 2021 - 23:30 Mener une interview

Boîte anti-Pandore | La sélection TeamPOD | Planète POD / Actu de Marques | POD.Casting / News, infos pour se lancer | Sélection de podcasts / Coups de coeur | Podcastzap / Selections | Balado / Pod. Québec