Le POD. - Le guide du mei Le POD. - Le guide du mei







Aparté sur les réseaux sociaux


Samedi 26 Mars 2022


Qui n’est pas aujourd’hui présent sur les réseaux sociaux ? Sur la planète, ce chiffre est estimé à quelque 3 milliards d’habitants qui ne sont pas connectés. Il y a aussi les résistants qui ont fait le choix (intéressant) de ne pas partager, de pas aimer ou de ne pas réagir, de ne pas sur-réagir et de ne pas se mettre en avant sur les réseaux sociaux qu’ils considèrent comme des "réseaux asociaux". Ce n’est pas le sujet puisqu’aujourd’hui, on m’a demandé de vous parler uniquement d’Instagram…




Quelques chiffres pour vous donner la température. Le rapport Digital 2022 montre une augmentation significative du nombre d'utilisateurs des médias sociaux en 2021 en France. Désormais, 94.4% des Français de plus de 13 ans utilisent les réseaux sociaux... Nous passons 1h46 en moyenne tous les jours sur les réseaux sociaux. Ce sont 5 minutes supplémentaires par rapport à l’année dernière. Dans l’ordre : Facebook, Facebook Messenger, Whatsapp, Instagram et YouTube sont respectivement classés dans le top 5 des réseaux sociaux les plus utilisés par les internautes français de 16 à 64 ans. Snapchat, en 6e position, devance TikTok, Twitter (je suis ICI) et Pinterest.
Alerte ! Alerte ! Alerte ! L’internaute mondial "type" passe désormais près de 7 heures par jour sur Internet, tous appareils confondus. Si l’on considère que l’individu moyen dort environ 7 à 8 heures par jour, l’internaute type passe donc désormais plus de 40% de sa vie éveillée... en ligne. Ça, c’est très intéressant. D’aucuns diraient, très inquiétant. Mais, ça n’est pas le sujet.
 
Ça sert à quoi ce machin ?

L’interrogation que vous devez vous poser, c’est "À quoi servent les réseaux sociaux ?" Plus précisément, "À quoi sert Instagram ?" Peu d’utilisateurs se posent cette question pensant y avoir automatiquement déjà répondu en simplement, créant un compte. Ce n’est pas si simple… Sur Instagram (je suis aussi), pas de long discours. Ici, on partage des photos ou des vidéos. Davantage de photos d’ailleurs que de vidéos. C’est curieux de mettre en ligne des photos quand on passe ses journées à fabriquer du son et, ici, des podcasts et à promouvoir des productions sonores. Est-ce à dire que ce réseau social serait plus avantageux pour séduire des utilisateurs parce que plus jeunes, donc plus sensibles à la dynamique du podcast ? Probablement… On pourrait d’ailleurs se poser la même question pour TikTok.
 
Faut-il utiliser Instagram ?
Là aussi, pas de long discours. Oui. Il faut utiliser Instagram. Il faut utiliser tout ce qui est proposé actuellement pour se positionner sur l’ensemble des réseaux sociaux. Il faut occuper tous les terrains, partout et tout le temps. C’est le principe pour aller rapidement de l’avant. Pour aller chercher, tous les leviers d’audience… ça, c’est la théorie. Mais en pratique, ce n’est pas si simple, parce que cela exige une technicité et surtout du temps. Beaucoup de temps. À trop vouloir se disperser (sur Twitter, sur Facebook, sur TikTok, sur Instagram, sur LinkedIn…), on brouille le message. Alors, il faut faire des choix judicieux. Il n’y a pas de règles. Ce qui fonctionne pour vous, ne marchera pas forcément pour moi. C’est comme ça… Ne vous inquiétez surtout pas. Prenons l’exemple du réseau Choses à savoir qui produit les podcasts natifs les plus écoutés en France. Choses à savoir n’est présent uniquement sur Facebook. Un peu plus de 15 000 followers seulement et en moyenne une publication par mois. Choses à savoir se concentre sur l’essentiel : la production de podcasts. Étonnant, non ?
 
Un rapide enfonçage de porte ouverte…
Autant vous dire que si vous voulez séduire celles et ceux qui trainent sur Instagram, il va falloir être doué en photo, en vidéo… Bref, un vrai "créa". C’est une qualité qui n’est absolument pas donnée à tout le monde. Et puis, pensez toujours à l’objectif de la mise en ligne : il faut que le message (rédactionnel, sonore ou visuel) soit utile. Utile pour vous, utile pour votre podcast et, surtout, prioritairement, utile pour vos followers présents et en particulier à venir. Pas simple donc…
 
Quand publier ?
Encore un point. Cette fois-ci sur la fréquence de publication de votre côté et sur la fréquence de consultation, du côté de celles et ceux qui vous suivent. Comme chaque réseau social, Instagram a ses règles, on va dire "naturelles", celles qui s’imposent en fonction du rythme des utilisateurs. Pour la publication, c’est en général, tôt le matin ou le soir parce que Instagram, c’est un réseau que l’on utilise pour se détendre. Le pic de fréquentation, c’est apparemment le mercredi. Ce qui fonctionne le plus, ce sont les "Reels", en Français dans le texte. C’est con comme la lune mais ça connait un vrai succès.
 
Faites le tri...

Je ne terminerais pas ce billet sans partager mon sentiment sur les réseaux sociaux ou plutôt sur l’utilisation que l’on en fait. Ces outils sont comme l’invention de la radio et de la télévision ou encore comme l’arrivée d’Internet dans nos vies. Ce sont de formidables moyens pour muscler ses connaissances, apprendre, s’ouvrir sur le monde, s’épanouir culturellement, découvrir, prendre du plaisir… Sur la route, il n’y a pas de problèmes d’automobiles, il n’y a que des problèmes d’automobilistes. À la campagne, il n’y a pas de problèmes de chasse, il n’y a que des problèmes de chasseurs. Et bien, sur Internet, il n’y a pas de problèmes de réseaux sociaux, il n’y a que des problèmes d’utilisateurs et de followers.
 
Du vrai, du beau, du plaisir
Ça veut dire quoi ? Ça veut dire simplement qu’il faut faire un effort. Ne vous plaignez pas de suivre des gens qui, tous les matins, font leur petite crotte sur le Net, qui sont pétris de haine, de rancœur, d’amertume… Éloignez-vous en. Allez vers le beau, allez vers le vrai, allez vers le plaisir… Ou, ne venez pas vous plaindre d’en être la victime. Si les 10 premières pages d’un livre ne vous plaisent pas, refermez-le. Si une radio ne vous plait pas, ne l’écoutez pas. Si un présentateur ne vous plait pas, ne le regardez pas. Si les premières minutes d'un film ne vous séduisent pas, éteignez votre téléviseur ou quittez la salle. Sur les réseaux sociaux, c’est la même chose. Si vous partagez du beau, du vrai et du plaisir, vous aurez les followers qui vont avec. Pas ces dérangés du bocal, qui font leur petite crotte tous les matins et qui cherchent, à chaque instant, un os à ronger. C’est donc à vous de faire un effort. Ça vous rendra heureux. Comme le disait Voltaire : "j’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé". On ne sait pas si Voltaire eût été un utilisateur de Twitter ou d'Instagram. Toujours est-il que ça ne vous empêche pas de suivre son conseil...
 
 
À suivre ou pas…
 
#1 Privilégiez les bons comptes

C’est suivre les bonnes personnes. Celles qui vont de l’avant. Des utilisateurs positivement engagés grâce à qui vous allez apprendre et progresser dans votre domaine. Mettez de côtés, les "traine-patins" malsains et les "casse-ferrailes" amers autrement dit toutes celles et tous ceux qui vous tirent vers le bas.
 
#2 Maîtrisez le temps qui passe
Ce n’est pas parce que vous allez passer 8 heures par jour sur les réseaux sociaux que votre vie professionnelle va s’améliorer. Sur un réseau social, vous ne représentez que vous-même, c’est-à-dire rien ou pas grand chose. Pas plus d’une heure par jour ! Le reste, faites ce que vous savez faire, c’est-à-dire du podcast, et faites-le bien. Viendra ensuite le temps de le promouvoir sur Instagram ou ailleurs…
 
#3 Faites-vous aider

Paradoxalement, le monde des réseaux sociaux est un monde fait de solitude et de solitaires. Les gens qui ont des journées bien remplies et plein d’amis dans la vraie vie ne sont pas, ou peu, sur les réseaux sociaux. Donc, frappez à la porte des vraies gens dont c’est le métier. Ils vous aideront dans votre démarche et vous serez ainsi moins seuls…

#4 Publiez utile
Ne soyez pas ennuyeux. Soyez utile. Apportez une valeur ajoutée à votre travail. Un complément "bonus" qui provoque un "Call to action" vers votre contenu, ici vers votre podcast. En publiant "utile", vous privilégiez le qualitatif avant le quantitatif. Rappelez-vous qu'une forte communauté ne fait pas forcément une forte audience. En revanche, une audience qualitative, c'est bon pour la suite de votre aventure !

Ce texte est issu des "Billets de Brulhatour"  que vous pouvez retrouver en direct tous les Mercredis à 13h00 sur Clubhouse en cliquant ICI .

Philippe Chapot
Fondateur et directeur de la publication de La Lettre Pro de la Radio et des Médias et du POD,... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 28 Octobre 2022 - 09:37 Entre anonymat et pseudonymat

Jeudi 20 Octobre 2022 - 08:13 Monétisation, mon amour

La sélection TeamPOD | Planète POD / Actu de Marques | POD.Casting / News, infos pour se lancer | Matériel / POD.Matos | Coups de coeur du POD / Sélection de podcasts | Podcastzap / Selections | Podcasts francophones / Balado et tour du monde | Replays / Pod'Demande